Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Côté jardin en novembre

Côté jardin en novembre

Difficile de réunir les Jardiniers Complices dans les conditions actuelles. Maximum 4 personnes, c'est vite atteint! Qu'à cela ne tienne, on continue à jardiner. Voici une petite synthèse des travaux du mois, très incomplète. N'hésitez pas à compléter et envoyer vos photos, vos questions, vos conseils, vos explications... On les publiera!

En novembre, on prépare surtout le jardin pour l'hiver mais c'est aussi une bonne saison de plantation.

Au potager

C'est le moment de planter les caieux d'ail et les échalotes. Ils craignent plus l'humidité que le froid, aussi dans nos jardins où la terre est généralement riche et assez lourde et où l'hiver est pluvieux, mieux vaut les installer dans une parcelle surélevée, ou à défaut, en billon.

Dans un coin ensoleillé au sol riche, on installe la rhubarbe. Prévoir de la place car à maturité, elle s'étalera facilement sur 1 m². L'idéal est de lui réserver un emplacement hors du potager, sur une planche de vivaces. Dans ce cas, elle pourrait même voisiner avec les asperges, les artichauts (aussi très encombrants) et les choux vivaces type Daubenton.

On peut encore repiquer les chicorées et laitues d'hiver en début de mois mais il sera prudent de prévoir une protection en cas de gel précoce.

Si on veut parier sur un hiver doux, on peut tenter quelques cultures normalement réservées au sud de la France. Il n'y a pas grand-chose à perdre à essayer, au pire, cela ne donnera rien. Pour les aventuriers donc, il est possible de semer des fèves, des pois mange-tout ou de repiquer quelques choux-fleurs. Si le gel ne descend pas sous -5°C, ils se développeront tôt au printemps... mais feront probablement le bonheur des limaces.

Buttez les endives, les céleris, les cardons, les choux pommés, les choux vivaces, les choux de Bruxelles, les poireaux et les artichauts.

Un bon nettoyage s'impose pour arracher les derniers plants de tomates. S'ils portent encore des tomates vertes et ne sont pas malades, on peut suspendre les plants la tête en bas dans un endroit abrité jusqu'à mûrissement. On enlèvera aussi les feuillages des diverses courges. Pour les haricots en sec qui ne seraient pas encore prêts, le mieux est de couper les plants au ras du sol et de les rentrer pour les faire sécher. Si possible, on laisse les racines dans le sol pour qu'elles s'y décomposent. On coupe aussi les tiges des asperges au ras du sol.

Avant l'arrivée des premières gelées, il faut récolter et mettre à l'abri les courges et potirons. Si on évite de les cogner et qu'on leur permet de sécher sur un appui de fenêtre ensoleillé, ils pourront ensuite se conserver plusieurs mois. Mais gare au moindre coup de froid ou choc inopiné.

Il vaut mieux tirer les carottes, les topinambours, les céleri-rave, les betteraves, les salsifis pour les stocker à la cave dans du sable. Par contre, on peut laisser les panais et les choux de Bruxelles qu'une petite gelée rend plus sucrés. Les avis sont partagés sur les choux pommés : certains préfèrent les arracher et les stocker tête en bas à la cave, les autres les laissent au jardin avec un buttage et un bon paillis. Les céleris, les poireaux, la mâche, les scorsonères ou les claytones restent sans problème au potager.

Enfin, si on en possède, on étale une couche de compost sur tout le potager et, par dessus, une douillette couche de paillis. Les feuilles mortes sont idéales mais on peut aussi utiliser des tailles de haies broyées, de la paille, voire un peu de tonte d'herbes.

 

Du côté des fines herbes et aromatiques, on divise et on repique la ciboulette, la ciboule, l'origan, l'estragon, la mélisse, les menthes, la livèche et les oseilles. C'est l'occasion de mettre en pot pour la cuisine quelques fines herbes comme la ciboulette, le thym, l'origan. Bouturez la verveine citronnelle et le thym. Pour prolonger les récoltes d'hiver, protégez les herbes, piquez quelques branchettes entre les rangs et couvrez d'une couche de feuilles mortes. Si le gel n'est pas rude, on profitera ainsi du persil, de l'origan, de la mélisse, du thym ou de la sauge.

On n'oubliera pas de rentrer les aromates frileuses comme la persicaire odorante, le gros thym des Antilles, la stevia, l'aloe vera ou la verveine citronnelle.

 

Au jardin d'ornement

Tant qu'il ne gèle pas, les bulbes printaniers peuvent être plantés, sauf les bulbes qui se dessèchent vite et doivent être mis en terre aux plus vite (les perce-neige, les eranthis).

Les semis de vivaces rustiques effectués en septembre seront repiqués en place, ainsi que les bisannuelles semées en été (myosotis, giroflées, œillets des poètes, pensées...). La plupart sont d'ailleurs des compagnes naturelles des bulbes printaniers. On en profitera aussi pour diviser et repiquer les vivaces qui commencent à manquer de place.

Novembre étant la saison par excellence de plantation des arbustes, cela concerne bien sûr tous les arbustes fleuris, à commencer par les rosiers, mais aussi les petits arbustes si appréciés en hiver comme les skimmias ou les hébés.

Avant l'arrivée du gel, on peut retirer les bulbes d'été non rustiques : glaieuls, dahlias, cannas, etc.

Pour cela, couper les tiges à 10 cm puis avec une fourche-bêche, les soulever du sol sans les blesser. Retirer le maximum de terre et les stocker dans des caissettes à l'abri du froid et de la lumière. N'oubliez pas d'attacher une étiquette avec la variété (ou au moins, couleur et hauteur). A nouveau, les aventuriers peuvent prendre le pari d'un hiver par trop froid. Glaïeuls et dahlias supportent de brèves gelées jusqu'à -5°C, d'autant mieux s'ils sont recouverts de paillis et habitent un sol suffisamment drainé.

 

A suivre : les soins au verger... et tous vos commentaires!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article